Jean-Etienne LIOTARD (Genève 1702 - 1789) Portrait... - Lot 80 - Richard Maison de ventes

Lot 80
Aller au lot
Estimation :
60000 - 80000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 68 000EUR
Jean-Etienne LIOTARD (Genève 1702 - 1789) Portrait... - Lot 80 - Richard Maison de ventes
Jean-Etienne LIOTARD (Genève 1702 - 1789) Portrait en buste de Jean II Maritz, baron de la Barollière (1711-1790), Inspecteur général des fontes et forges de l'artillerie de terre et de mer de France Pastel sur papier marouflé sur toile 65 x 49 cm Quelques frottements, légers déplaquages, déchirure restaurée sur le bord en bas à droite Provenance : Ancienne collection de madame Stéphane Fellot, née Laure Caffarel, arrière-arrière-arrière-arrière-petite fille du modèle, en 1965 ; puis par descendance Bibliographie : Jean-René Bory, Les Suisses au service étranger et leur musée, 1965, Nyon, n°133, repr., comme Caffarel Max-F Schafroth, Les Maritz, père et fils, Commissaires des fontes de l'artillerie de France, in Revue des Sociétés des Amis de Versailles, n°23, 1er trimestre 1965, pp.21-28, repr. p.25, comme Caffarel Lise Minost, Jean II Maritz (1711-1790), La fabrication des canons au XVIIIe siècle, in CERMA, Hors-Série N°2, 2005, reproduit partiellement p.269, comme Caffarel Neil Jeffares, Dictionnary of pastellists before 1800, Jean-Etienne Liotard, n° J.49.2084, repr. La confusion entre le nom de la descendante du modèle et celui de l'auteur du pastel a longtemps préservé ce magnifique portrait de l'identité réelle de son auteur, le très célèbre pastelliste suisse Jean-Etienne Liotard. Jean Maritz (Berthoud 1680 - 1743) inventa une machine à aléser qui révolutionna la fabrique des canons. Il légua son invention à ses deux fils, Samuel Maritz (1705-1780) et Jean II Maritz (1711-1790). L'aîné resta en Suisse tandis que le cadet s'installa en France. Il se mit tout naturellement au service du Roi de France et devint Inspecteur général des fontes d'artillerie de terre et de la marine. Le secret de fabrication s'étant répandu, Jean II Maritz offrit sa méthode à la couronne de France pour la somme importante de 60 000 livres. Installé à Lyon, il se convertit au catholicisme et épousa Judith Déonna, éga
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue