ATELIER DE BERNT NOTKE (Région Hanséatique)... - Lot 1 - Richard Maison de ventes

Lot 1
Aller au lot
Estimation :
7000 - 8000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 7 200EUR
ATELIER DE BERNT NOTKE (Région Hanséatique)... - Lot 1 - Richard Maison de ventes
ATELIER DE BERNT NOTKE (Région Hanséatique) VERS 1480
La messe de Saint Grégoire
Panneau
Hauteur : 32 cm
Largeur : 32 cm
Peinture mixte et fond d'or sur panneau de bois préparé et aminci jusqu'à 2mm d'épaisseur et contrecollés
sur un nouveau support de bois moderne de 1,5cm d'épaisseur Bordure dorée poinçonnée : d'origine.
Restaurations anciennes
La scène se déroule à l'intérieur d'une chapelle fermée par un mur en présence d'un cardinal portant la
tiare de saint Grégoire et de deux acolytes, un moine âgé, tonsuré portant un livre et un autre plus jeune.
Saint Grégoire (Rome 540-604, moine bénédictin, élu pape en 590), la tête ceinte de l'auréole, vêtu du froc
bénédictin noir que recouvre une chasuble imitant le brocart, est agenouillé devant l'autel, les mains
levées, découvrant ainsi aux assistants le Christ vivant debout sur l'autel.
Selon la légende, lors de cette messe, l'un des assistants ayant mis en doute la Transsubstantiation ou
présence réelle du Christ dans l'Eucharistie, le pape pria pour qu'un signe tangible permette d'effacer ce
doute. Son voeu fut exaucé lorsque le Christ porteur des stigmates apparut debout sur l'autel entouré des
symboles de la Passion. L'Eglise octroya de nombreuses indulgences à cette représentation qui fut
largement diffusée dans toute l'Europe chrétienne aux XVe et XVIe siècles. Si dans la plupart des images
illustrant cette légende, le sang du Christ s'écoule depuis la plaie costale jusque dans le calice placé sur
l'autel, l'auteur de notre tableau en poursuit la route vers les âmes des limbes qui émergent des marches
de l'autel, ainsi soulagées des tourments du purgatoire par la prière du saint pontife , détail rarement
représenté.
L'auteur encore anonyme de cette scène inédite jusqu'ici, appartient vraisemblablement à l'entourage du
sculpteur et peintre Bernt Notke (Lassan, Poméranie vers 1440 - Lübeck 1509) l'une des figures artistiques
majeures de la région hanséatique à la fin du XVe siècle. Notke acquiert la citoyenneté de Lübeck en 1481
après avoir été reçu maître dans cette même cité en 1467. Il s'entoure alors d'un atelier important afin de
réaliser les nombreuses commandes sculptées ou peintes qu'il reçoit.
Son oeuvre sculpté se distingue par l'exubérance dont témoignent la grande Croix triomphale de la
cathédrale de Lübeck en 1477 et le Saint George combattant le dragon vers 1489 dans l'église Saint Nicolas
de Stockholm. En tant que peintre il réalisa à Lübeck une grande Danse Macabre dans l'église Sainte Marie
et vers 1500 une monumentale Messe de Saint Grégoire (détruite) pour l'église Notre Dame où foisonnent
les personnages hauts en couleurs, véritable galerie de portraits réalistes de riches et puissants
ecclésiastiques fastueusement vêtus. (cf. J. Rooseval, « Bernd Notke » in Gazette des Beaux Arts, Janvier
1937, p. 12-25, fig. 1).
Dans le retable de saint Clément de la cathédrale danoise d'Äarhus réalisé par Notke en 1479, imposante
structure composée de parties sculptées et de volets peints, on trouve la scène de la Messe de Saint
Grégoire dans la prédelle en correspondance avec une scène de la Passion ; c'est à une disposition similaire
qu'il faut sans doute penser pour notre panneau. (cf. K. Petermann, Bernt Notke, Arbeitsweise und
Werkstattorganisation im späten Mittelalter, Berlin 2000, pl. 12). Son auteur en reprend la composition en
la simplifiant avec une perspective un peu cahotante et une exécution un peu plus rude ; on y retrouve le
canon étiré des personnages à la silhouette plus frêle, pourvus de mains aux doigts expressifs, de regards
aux gros gros yeux ébahis dans des visages fortement modelés par l'action de la lumière, mais avec un sens
anecdotique et dynamique plus développé. Ces caractères réapparaissent dans d'autres scènes du retable
d'Äarhus telles la Prière du Christ au jardin jugées oeuvre de l'atelier (cf. A. Mänd, Art, cult and patronage,
2013. p.244-245, figs. 5,6)
Nous sommes vraisemblablement ici en présence de cet atelier fécond qui dut seconder Bernt Notke à la
fin du XVe siècle dans les multiples entreprises qu'il eut à réaliser à la demande des ecclésiastiques des
grandes cités de la mer Baltique.

Expert : Cabinet Eric Turquin
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue